Souvenirs indiens… Part#3 – Voyage dans le temps: Agra et Varanasi.

Souvenirs indiens… Part#3 – Voyage dans le temps: Agra et Varanasi.

14 avril 2008 – AGRA

7:00AM - Vue du toit de l'Hôtel Shanjahan - 2008
7:00AM – Vue du toit de l’Hôtel Shanjahan – 2008

Les gares indiennes: pire que des jours de grève SNCF à l’heure de pointe, chaleur et odeurs pestilentielles en plus. 7h plus tard nous voilà à Agra Fort. Le Red Fort est là, imposant et majestueux. Le long de la route entre la gare et l’hôtel Shanjahan, le Taj Mahal apparaît. Wahooo. Les mots me manquent. L’hôtel est situé à la porte sud du Taj et offre depuis le toit une vue très sympathique sur le mausolée et la ville.

Nous faisons une balade de 4h à pieds dans Agra. Il y a des joailliers partout. Il doit y avoir un mariage: il y a une procession et les femmes sont parées de saris magnifiques. Nous empruntons des chemins qu’aucun touriste n’a jamais dû prendre. Même les mamas se pressent à leur porte pour nous saluer! Ça fait plaisir! Mais les sollicitations incessantes nous fatiguent, comme les millions de mouches et les odeurs… « Hello », « Cheaper rickshaw », « Meudame, Meudame »… Je n’en peux plus.

Le soir nous mangeons à l’hôtel où le « mutton curry » est délicieux!!! Je suis bouffée par les moustiques et ne supporte plus le 5/5 tropic… Pas gratter!!!!!

15 avril 2008 – TAJ MAHAL

Il est 7h du matin, je me suis réveillée très tôt. Depuis le toit, j’observe le Taj Mahal qui s’éveille avec le soleil au son de l’appel à la prière… Instant magique. Instant d’éternité. Le temps est comme suspendu et je voyage 1000 ans en arrière.

5 minutes à pieds, 1500 Rps (21,50€) lâchés, détecteurs de métaux, fouille au corps et le Taj Mahal apparait, imposant, sublime… et petit!

Taj Mahal, Agra, India - 2008
Taj Mahal, Agra, India – 2008

Mais pour être tranquille encore faut-il passer la horde de guides et de photographes…

Le site est parfaitement symétrique et les palais et mosquées qui entourent le mausolée de marbre n’ont rien à lui envier.

Détails - Taj Mahal, Agra, India - 2008
Détails – Taj Mahal, Agra, India – 2008

En passant par les jardins dont la quiétude est plus que bienvenue nous rencontrons des singes. C’est incroyable un singe! Leur comportement est si semblable au notre… Un jardinier nous prend en photo. « Money, money! ». Fait ch**r! Le Taj lui-même se visite pieds nus. Le marbre est brûlant, d’où option « chaussons ». « Money, money! ». Fait re-ch**r! Tout ça pour finir pieds nus (et brulés!) car les chaussons sont dégueulasses et (surtout) pas pratiques du tout avec les tongs (sans compter sur le fait qu’on a l’air de touristes très cons accessoirement…). Le Taj est vraiment magnifique, tout en marbre blanc, les versets du Coran et autres décorations qui le ornent sont des pierres taillées incrustées dans le marbre. Le travail est époustouflant de grandeur, de finesse, de beauté.

L’intérieur me déçoit. Certes, les 2 tombeaux en marbres décorés de fleurs en pierre, entourés d’un mur en marbre taillé comme de la dentelle sont vraiment très beau, mais ça s’arrête là. C’est tout petit, il n’y a rien d’autre à voir. Il fait trop chaud, on crève de soif, et finalement je suis un petit peu déçue, je m’attendais à plus grand…

12h/15h: trop de chaleur!!! On reste cloitré à l’hôtel.

15h: Agra Fort. Malgré le ticket-pass-monuments à la journée (obligatoire) il faut encore payer 250 Rps (3,50€) par personne à l’entrée, puis dépasser les guides… »Meudame, Meudame », « Hello beautifull Meudame », « Cheap price »… Fait ch**r.

Le Fort non plus n’a rien à envier au Taj Mahal sur lequel il offre une vue magnifique et imprenable.

Cour après cour, passage après passage, le spectacle est de plus en plus beau et finalement je préfère le Fort au Taj.

Dans le jardin de la Cour principale nous donnons à manger aux écureuils qui ne sont pas farouches… Le Fort ferme… Il nous faut sortir et tuer 3h avant le train… Donc 3h après nous être tapés 3 boutiques de m***e (oups, « à touriste ») pour que Papy Rickshaw-vélo touche ses commissions et qu’on ne paie que 20 Rps (0,30€ – soit toujours plus cher que le « tarif local »), nous voilà enfin à la gare.

Faut vraiment qu’on arrête d’être « trop bon, trop con ». Ils jouent avec la pitié pour nous prendre pour des cons. Je crois que je commence à comprendre la leçon et ça m’exaspère. C’est très dur de les envoyer promener. Au tout début on est plus généreux, on se laisse plus facilement attendrir, tous vous crèvent le coeur, mais ce n’est pas 1 ou 2 personnes qui viennent vous solliciter financièrement en jouant avec votre humanisme, mais plus d’une centaine par jour… Alors oui, au bout d’un moment je suis devenue une garce.

Nous attendons le train à l’écart de la foule, le long du Fort, ce qui ne nous empêche pas d’être épiés par tous les hommes de 7 à 77 ans qui se  trouvent à proximité. Tout va bien jusqu’à ce que des merdeux me jettent de loin un truc en plastique, comme une bouteille écrasée, que je me prend en pleine face, dans l’oeil. Monsieur craque et les course. C’est la goutte d’eau, je veux rentrer en France. Marre de tous ces crevards. Le train de nuit ne vaut pas mieux, comme d’habitude, seule étrangère (et femme!!!) je suis l’attraction n°1 des 4 wagons d’hommes alentours. On me fabrique une cachette pour dormir en paix.

16 avril 2008 – VARANASI

Varanasi, India - 2008
Varanasi, India – 2008

Avec 2h30 de retard, Varanasi est enfin là. Sur le quai de la gare, les rickshaw nous assaillent déjà. Les sacs sont lourds et la chaleur atroce. Je n’ai jamais transpiré autant, je me liquéfie littéralement.

Ruelle - Varanasi, India - 2008
Ruelle – Varanasi, India – 2008

En route pour la Shanti GuestHouse. Varanasi (ou Bénarès) est une ville bizarre. Le rickshaw s’arrête à l’entrée d’une ruelle et nous entraine à pieds pendant un temps qui me semble être une éternité dans un dédale de petites ruelles puantes. Varanasi est un labyrinthe qui devient coupe-gorge à la tombée de la nuit. L’électricité y est très aléatoire et la ville est bercée par le bruit des groupes électrogènes du « moyen-age ». C’est un bordel sans nom.

Au milieu des vaches, des chiens, des gens, des tuk-tuk, des vélos, des motos, des scooters, des rickshaw, etc, passent les convois mortuaires « piétons » (les corps sont portés par des hommes à pieds). Une gerbe d’étincelles jaillit d’un poteau électrique dans la plus grande indifférence. Quel merdier. L’avantage de la GuestHouse est son restaurant 24/24 en terrasse. La nourriture n’est pas mal. Nous mangeons au dessus du Schinthia Gath où les crémation s’enchainent elles aussi 24/24. Heureusement ce soir le vent est pour nous. Je suis éreintée.

17 avril 2008 – La Mort

Je n’ai jamais eu aussi chaud de toute ma vie. La chaleur me cloue sur place. Je sens des torrents de transpiration couler le long de mes cuisses jusqu’à mes chevilles.

Rituel mortuaire observé:

Le corps du défunt voilé d’un tissu rouge et or est transporté par des hommes au son des tambours (pour prévenir le passage du convoi) à travers la ville jusqu’au Gath. Arrivé au Ganges, le corps y est plongé pendant quelques instants, voir minutes. Il doit surement y avoir des prières mais je suis trop loin (ce qui est la moindre des choses…). Sorti de l’eau, il me semble que l’on retire au défunt son drap mortuaire avant de le déposer sur un épais matelas de rondins de bois au pied du Gath. Le tas de draps mortuaires qui s’amoncelle au bord du Ganges est impressionnant. Sur le corps, sont posés encore quelques rondins, avant que le feu « éducateur » ne soit mis. Une jeune homme nous explique que le bain dans le Ganges doit être un acte purificateur et que le feu aide à la connaissance et à l’éducation pour la réincarnation de l’âme. Les corps, à l’air libre, mettent environ 3h à brûler. 

Je ne sais pas si c’est cet aspect de la ville qui me trouble mais Varanasi est mystique et me stresse. Je suis perdue, je me sens mal. Pourquoi est-ce un « repère hippie »? Aucune idée, sauf peut être à cause des dealers…; même si les dealers ont dû se développer du fait des touristes…

Buffle mangeant des fleurs mortuaires - Varanasi, India - 2008
Buffle mangeant des fleurs mortuaires – Varanasi, India – 2008

A suivre…

Publicités

Une réflexion sur “Souvenirs indiens… Part#3 – Voyage dans le temps: Agra et Varanasi.

Vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s