Jalousie…

Jalousie…

Des hauts, des bas, du très haut puis du très bas, d’un coup d’un seul, l’allégresse a disparu comme elle avait surgi… Il paraît que la roue tourne mais alors la mienne doit être énooooooorme pour bugger depuis si longtemps sur la poisse… Ma vie est un peu une garce depuis 3 ans et aime me faire croire que je suis « sauvée » in extremis pour me plonger avec humiliation dans une merde noire avec encore plus de violence…

gettyimages - trouver sur Google
gettyimages – trouver sur Google

J’avais (enfin!) retrouvé un boulot! Rien de bien excitant, mais supposé me garantir 7 mois de repos mental concernant mes fins de mois: remplacement de congé mat’, en intérim, à un poste de responsable, horaires de fonctionnaires… Le rêve! Surtout que j’arrivais en fin de droits ARE (anciennement Assedics).

Mais voilà, je suis tombée dans une équipe intégralement composée de femmes (pour ne pas dire « bonnes femmes » avec toute la dimension péjorative que cela sous-entend) et autant vous le dire, il n’y a rien de pire. Tout allait hypocritement bien: je faisais mon boulot de responsable, le travail de mon assistante grande gueule paresseuse et accessoirement celui de mes collègues et de leurs assistantes incompétentes et empotées, plus le café à l’occaz… Etant en intérim, mon salaire me faisait faire tout ça avec le sourire sans compter mon immense joie de me lever de nouveau le matin et de prendre les transports « coller/serrer » avec cette France qui travaille!

Ô mais quelle imbécile ai-je été de sous-estimer mes congénères… Comme vous l’avez deviné j’ai été remerciée,  au terme de ma seconde « période » d’intérim (les 7 mois étaient divisés car « trop long » donc le 1er mois a servi de « préavis » et j’ai ensuite enchainé avec un contrat de 2 mois pour l’été et je devais finir avec un contrat de 4 mois… Bref!).

Il s’est trouvé qu’au moment où j’ai remplacé la future maman, j’étais la plus jeune, la plus diplômée, la plus mince, la mieux habillée, sans enfant, sans prêt immobilier, que j’occupais un poste de responsable et que j’avais aussi l’une des meilleures payes (sujet tabou s’il en est et précieusement gardé tout comme ma vie privée).

L’élément déclencheur a été la facture de la boite d’intérim qui a atterri entre les mains de mes assistantes chargées de réceptionner et d’ouvrir le courrier (sauf celui en provenance de la boite d’intérim que j’étais sensée récupérer et que je guettais autant que possible). Et là ce fut le drame, le début de la fin. L’assistante, comptable de formation, a cru que la facture était ma paye… Et s’est empressée, dans mon dos, de la montrer et la présenter comme ma fiche de paye à l’ensemble de l’équipe avant de la poser bien en évidence sur mon bureau avant que je n’arrive le lendemain matin. Pour ne rien arranger, la chef, en récupérant le fameux document, n’a rien trouver de mieux à faire que de hurler au scandale quant au montant de cette facture devant tout le monde… Je n’ai jamais rien négocié avec eux, j’ai accepté un contrat que l’on m’avait proposé sans condition aucune.

Ma vie est devenue un enfer. J’étais l’élément à abattre, la « bêtise » de la chef qu’il fallait réparer à tout prix… Ma mesquine assistante n’a à aucun moment subi la moindre réflexion quant à son incompétence (depuis quand une comptable ne fait pas la différence entre une facture et une fiche de paye?) ni sa faute grave d’avoir violer la confidentialité d’un tel document… Au contraire, elle a pris la confiance et a commencé sa rengaine avec l’inutilité des études (bah oui je n’ai pas fait secrétariat et j’étais responsable administrative!) et du poste que j’occupais (être sa chef)… Toujours sans témoin. Elle refusait de répondre au téléphone (sa première tâche) car elle faisait les devoirs de sa fille ou discutait avec les autres ou encore jouait sur Facebook… Son grand jeu du lundi matin était de découvrir mon shopping du weekend (vu qu’elle croyait que je gagnais 6 fois plus qu’elle)… Et bien sûr d’aller baver sur ma soi-disante lenteur au travail (mais bon comme je gérais son taf et celui d’une autre responsable en plus du mien, forcément même si je n’avais pas de retard je n’étais pas en avance non plus).

4o1vupg62

La responsable pour qui je faisais une partie du travail (car la seule fois où j’ai osé dire « non » elle s’est mise à me hurler dessus et étant la nouvelle la chef m’a forcée à lui présenter mes excuses… pour 2 courriers en pdf qu’elle ne savait pas imprimer – son assistante non plus – sans commentaire) était elle aussi jalouse car ayant la cinquantaine, non diplômée, elle n’arrive pas à obtenir de VAE et son salaire s’en ressent apparemment. C’est donc tout naturellement qu’elle a décidé de m’abattre quand elle a vu ma soi-disante « fiche de paye ».

Le jour des vacances, j’ai donc été convoquée par la chef qui m’a gentiment remerciée et mis fin à mon contrat, en arguant de tout et son contraire: de pseudo problèmes de comportement à cause de l’engueulade car je suis trop méchante à « tu es géniale » mais ta gentillesse te perdra et tu coûte trop cher et reviens 1 journée pour former ton (autre) assistante (qui n’a rien demandé) à ton poste.

Bref. Elles attendaient juste que celle que je remplaçais parte en congé pour faire sauter son poste… Sympa les collègues!

En attendant, j’ai travaillé 507h… Il m’en faut 610 pour Pôle Emploi… Après l’humiliation au travail retour à la case humiliation à Pôle Emploi… Et ça ne passe pas. J’essaye de ne pas trop en parler pour ne pas saouler mon entourage, mais ça ne passe pas. Je suis au taquet pour retrouver du boulot, mais ça ne passe pas. Alors je vide mon sac auprès de vous espérant que ça exorcise les démons.

C’est aussi pour ça que je n’ai pas donné de nouvelles sur le blog depuis 4 mois, que je ne vais plus aux ventes Arlettie (à mon profond désespoir, ils ont organisé une vente MAJE et une vente LANVIN dernièrement)… Manque de temps, puis syndrome de la « page html blanche »…

Mais vous me manquez.

A bientôt pour des posts plus légers,

Maëlle

Publicités